Solidarité

Plan hiver départemental 2016-2017

 
Plan hiver départemental 2016-2017

Une veille saisonnière couvre la période du 1er novembre 2016 au 31 mars 2017.

Organisation du dispositif  "Plan hiver" sur le département du Morbihan

La veille saisonnière permet d'organiser le premier accueil des personnes sans domicile, de leur procurer une aide matérielle de première nécessité et les orienter vers un hébergement en s’appuyant sur :

  • le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation) à la suite d'une évaluation sociale, la personne est orientée vers la solution la plus adaptée à sa situation sur chaque territoire du département. Le SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation gère le « 115 » numéro gratuit depuis un téléphone joignable 24h/24 sur l’ensemble du territoire ;
  • les équipes mobiles "maraudes", vont à la rencontre des personnes sans domicile, établissent un premier contact et leur proposent une aide immédiate ;
  • les accueils de jour permettent un premier accueil et apportent une aide matérielle (douche, vestiaire, alimentation, ...)

170 places d’hébergement d’urgence sont ouvertes en Morbihan sur toute la période, soit 41 places mobilisées du 1er novembre au 31 mars qui viennent s’ajouter aux 129 places ouvertes à l’année.

En cas de vague de froid, une activation de la vigilance est renforcée.

Le niveau des températures ressenties est le principal critère pour déterminer le niveau de vigilance grand froid, mais il est tenu compte également des autres éléments climatiques tels que les tempêtes ou les fortes pluies durables.
Lors de la vigilance renforcée, les maraudes sont plus fréquentes : elles peuvent passer ainsi &de deux par semaine à quotidiennes et les horaires d’ouverture des accueils de jour et des hébergements d’urgence hivernaux peuvent être élargis.

L'ensemble des partenaires, les élus, les responsables de territoire du conseil départemental, les services sociaux des hôpitaux, les équipes mobiles psychiatrie précarité, les CCAS, les associations caritatives sont informés de l'organisation du dispositif. 

L'accueil sur les territoires

SIAO sur le territoire de Vannes :

La maraude de la Croix rouge intervient deux fois par semaine (le lundi et le jeudi) et tous les soirs en cas d’appel à la vigilance renforcée.

Les accueils de jour :

Les associations Saint Vincent de Paul et la Croix rouge sont financées à l'année pour assurer, un accueil le matin de 9h à 12h du lundi au vendredi. L’association Saint Vincent de Paul assure également un accueil le samedi matin et propose un repas le lundi à compter du 1er novembre 2016.

Dans les locaux de Saint Vincent de Paul, (convention de mise à disposition de la cuisine, salle à manger et sanitaires) l'Ordre de Malte propose un repas chaud le samedi soir (18h à 21h30) et un petit déjeuner le dimanche matin (8h à 10h30) du 19 novembre 2016 au 31 mars 2017.

L'association Saint-Vincent-de-Paul, en partenariat avec Emmaüs et des associations protestantes, offre un abri de jour le samedi de 12h00 à 18h00 et le dimanche de 10h00 à 16h00, dans les locaux de Saint Vincent de Paul avec la possibilité de prendre un repas.

Les Restos du cœur ont ouvert un accueil de jour depuis novembre 2015. Il est désormais ouvert toute l'année du lundi au vendredi de 12h à 16h. Cette action permet de compléter le dispositif des accueils de jour ouverts le matin et donner la possibilité aux bénéficiaires de faire chauffer un repas le midi et être à l'abri tout en pouvant bénéficier d'une écoute.

Le renforcement des capacités d’hébergement :

À Vannes, l’installation de quatre mobiles homes (un mobile home supplémentaire par rapport à l'année passée) est prévue près de la gare et de l’hôpital. Cet hébergement d’une capacité désormais portée à 16 places est géré par l’AMISEP. L'accueil se fait à partir de 19h00 jusqu'à 8h00 le lendemain. Une fermeture progressive des mobiles home est prévue au mois d'avril, après la période hivernale.

La commune de Questembert ouvre également un local de deux places du 1er novembre au 30 avril. Ces dernières permettent de mettre à l’abri, sept jours sur sept, de 19h30 jusqu’au matin, les personnes sans abri ainsi que leurs animaux le cas échéant. La possibilité de prendre un repas est également proposée.

Ces 18 places temporaires s’ajoutent aux 49 places disponibles à l’année sur le territoire de Vannes. Des crédits pour des nuitées d’hôtel ont également été alloués aux associations AMISEP et la Sauvegarde56. Ces nuitées permettent de prendre en charge des publics qui ne pourraient pas être hébergés au sein du dispositif précité (familles et personnes avec enfants en situation de vulnérabilité, femmes victimes de violence).

En cas de circonstances particulières, appréciées par le préfet, notamment une période de froid extrême, le CCAS peut mettre à disposition des locaux supplémentaires.

SIAO sur le territoire de Lorient :

La maraude de la Croix rouge intervient en semaine le lundi et le jeudi. En cas d’appel à la vigilance froid, elle sera activée tous les soirs.

L’accueil de jour du CCAS de Lorient, fonctionne toute l’année de 10h à 15h en semaine ; il étend son accueil sept jours sur sept pendant la période hivernale et l'amplitude horaire en période de vigilance renforcée.

Une équipe mobile, opérationnelle toute l’année, est rattachée à l’accueil de jour et complète les dispositifs existants. Elle se déplace sur le terrain pour aller au devant des personnes SDF qui refusent de se rendre aux lieux d’accueil mis en place.

Douze places étaient mobilisées pour les cinq mois de la période hivernale jusqu'à la fin de l'hiver 2014/2015. À l'issue de cette période, ces douze places ont été pérennisées et annualisées. Ce sont donc 78 places d'hébergement d'urgence qui sont ouvertes à l'année sur le territoire de Lorient.

Des crédits pour des nuitées d’hôtel ont également été alloués à la Sauvegarde56. Ces nuitées permettent de prendre en charge des publics qui ne pourraient pas être hébergés au sein du dispositif précité (familles et personnes avec enfants en situation de vulnérabilité, femmes victimes de violence).

Des locaux supplémentaires seront mis à disposition par le CCAS de Lorient en cas de circonstances particulières, appréciées par le préfet.

Sur le territoire d’Auray :

Le CCAS d’Auray propose un accueil de jour. Le local est ouvert aux personnes sans domicile trois après-midi par semaine toute l’année. Il est ouvert toute la journée et toute la semaine en cas de grand froid.

Le CCAS d'Auray met à disposition un local de sept places pour les sans-abri durant le renforcement hivernal (sur le même site que l’accueil de jour). Pour l'hébergement hivernal, le local est ouvert du 1er novembre au 31 mars de 20h00 à 8h00. L'accueil du public se fait de 20h00 à 20h30. Au delà de 20h30, les personnes sont accueillies sur appel du 115.

Ce dispositif vient compléter les nuitées d’hôtel financées à la Sauvegarde56, pour faire face toute l’année aux diverses situations d’urgence.

Sur le territoire de Ploërmel :

Pour l’hiver 2016/2017, la commune et le CIAS de Ploërmel prévoient l'aménagement de trois mobiles homes indépendants, d’une capacité de 6 à 8 personnes, qui permettront l’accueil de 6 personnes isolées et si besoin l'accueil de couples et de familles au sein du dispositif hivernal.

Pendant la journée, les personnes sont accueillies et orientées par le SIAO, antenne de Ploërmel. A partir de 20h00, la police municipale prend le relais pour l’accueil des personnes.

Sur le territoire de Pontivy :

8 places d’urgence hivernale gérées par l’AMISEP sont financées pour 2 places d’urgence à l’année.

Pour l’hiver 2016/2017, la mise à disposition d’un logement par l’AMISEP et des financements supplémentaires de la ville de Pontivy sont maintenus afin de proposer des places d’urgence pour les femmes victimes de violences et les familles. Des nuitées d’hôtel peuvent également être financées en cas de nécessité.

Le plan Grand froid, qu'est-ce que c'est ?

Le dispositif permet d'assurer un accueil d'urgence pour les plus démunis lorsque les conditions météorologiques deviennent hostiles. Plusieurs mesures sont alors mises en place : augmentation des équipes mobiles et des effectifs du 115, accueils de jour renforcés et mobilisation de capacités d'hébergements supplémentaires. Coordonné au niveau de la préfecture, le plan est actif du 1er novembre 2014 au 31 mars 2015.

Comment ça marche ?

Le dispositif s'articule autour d'un mécanisme de surveillance des températures. Trois niveaux sont à distinguer :

- Niveau 1 : dit « temps froid », lorsque le mercure affiche des valeurs négatives sur au moins un des quatre jours à venir, avec des températures minimales ressenties (c'est-à-dire incluant le facteur vent) entre - 5 et -10 °C. La Croix-Rouge organise alors des maraudes trois fois par semaine : les lundis, mercredis et vendredis.

- Niveau 2 : dit « grand froid », lorsque les températures minimales ressenties sont comprises entre -10 et - 18 °C.

- Niveau 3 : dit « froid extrême », lorsque la température minimale ressentie est inférieure à -18 °C.

Les maraudes deviennent quotidiennes pour les niveaux 2 et 3.

Le 115, numéro national gratuit accessible 24 heures/24, gère le dispositif d'accueil en fonction des places disponibles dans les différents centres. Celui-ci est accessible à toutes personnes en difficulté ou en situation de danger. En complément, le SIAO (Système intégré d'accueil et d'orientation), qui dispose du listing quotidien des places disponibles dans le département, oriente les personnes vers les structures d'accueil les plus adéquates selon leur situation. En fonction du niveau décidé par le préfet, les effectifs des services sociaux impliqués et le nombre des maraudes augmentent.

Les bons réflexes en période de grand froid

Pendant l’hiver, les températures avoisinent zéro et peuvent être à l’origine de risques pour la santé : hypothermie (diminution de la température du corps en dessous de 35°C), gelures pouvant conduire à l’amputation, aggravation d’éventuels risques cardio-vasculaires… Des gestes simples permettent cependant d’éviter les risques tout en prêtant une attention accrue aux enfants et aux personnes âgées qui, eux, ne se plaignent pas du froid !

Le froid demande des efforts supplémentaires à notre corps, et notamment à notre cœur qui bat plus vite pour lutter contre le refroidissement. Ainsi, en période de grand froid, mieux vaut limiter les efforts physiques même lorsqu’on est en bonne santé. Sachez également que cela pourrait aggraver d’éventuels problèmes cardio-vasculaires.

Malgré les idées reçues, la consommation d’alcool ne réchauffe pas. Au contraire, cela peut s’avérer dangereux car l’engourdissement fait disparaitre les signaux d’alerte du froid et on ne pense pas à se protéger. 

Ne surchauffez pas votre logement mais chauffez normalement en vous assurant de sa bonne ventilation pour éviter tout risque d’intoxication au monoxyde de carbone.

Pour éviter tout risque d’hypothermie ou de gelures, il convient de se couvrir convenablement, notamment au niveau des extrémités, et de se couvrir le nez et la bouche pour respirer moins d’air froid. De plus, de bonnes chaussures permettent d’éviter les chutes.

Enfin, si vous remarquez une personne sans abri ou en difficulté dans la rue, appelez le 115.

Sources : INPES

L'affiche INPES