Comité Interministériel à l'égalité et à la citoyenneté CIEC

Valeurs de la République, les actions en Morbihan dans le cadre du CIEC

 
Valeurs de la République, les actions en Morbihan dans le cadre du CIEC

Thomas Degos, préfet du Morbihan a réservé le 14 octobre 2015, à la préfecture, un temps d'échanges afin de présenter les mesures qui traduisent en actes les valeurs de la République.

Une priorité gouvernementale

Après les attentats de janvier 2015 et la mobilisation nationale qui s’en est suivie, il est apparu nécessaire de répondre au malaise social et à la crise de valeurs par l’affirmation des principes qui fondent le vivre ensemble et le renforcement de la coopération de tous les acteurs (État, collectivités, associations).
Ces événements ont rappelé l'action essentielle des pouvoirs publics dans les domaines de l'éducation, de la citoyenneté, de la sécurité, de la cohésion sociale et de la solidarité.

Le 4 février 2015, le préfet du Morbihan a réuni les acteurs associatifs et institutionnels du Morbihan en préfecture afin d’échanger autour des valeurs fondamentales de la République.

Le 6 mars 2015, le comité interministériel pour l’égalité et la citoyenneté (CIEC) a arrêté 60 mesures qui traduisent en actes les valeurs de la République et redonnent ainsi tout son sens au pacte républicain. Sur le plan financier, pour permettre la concrétisation de ces mesures, des moyens nouveaux ont été apportés dès cette année à hauteur de 50 millions d’euros.

Mobiliser

L'objectif est de mobiliser tous les leviers disponibles pour faire vivre les valeurs de la République dans des domaines tels que :
- l'accès au logement,
- l'éducation,
- la formation des acteurs intervenant auprès des jeunes,
- l'emploi des jeunes en rupture sociale,
- le renforcement du rôle du sport au service de la citoyenneté,
- l'accès à la culture,
- la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes,
- la lutte contre toutes les discriminations,
- l'apprentissage de la langue française,
autant de domaines sur lesquels il nous faut renforcer notre action notamment sur les territoires ruraux et les quartiers prioritaires de la politique de la ville.
Une part significative de ces mesures concerne les secteurs de la vie associative, de la jeunesse et du sport.

Les associations au cœur du vivre ensemble

L’investissement des bénévoles et professionnels du secteur associatif est plus que jamais essentiel pour favoriser le lien social, transmettre des valeurs aux plus jeunes et contribuer à l’égalité des chances. Ils sont des partenaires privilégiés de l'action publique, notamment dans la réduction des inégalités d’accès aux pratiques de loisirs, la promotion de l’engagement des jeunes au travers du service civique, la lutte contre le chômage et l’exclusion…

Les associations sont des formidables espaces de construction des parcours individuels et collectifs. Acteurs incontournables du lien social et terreau de la citoyenneté, les associations jouent dans de nombreux domaines un rôle prépondérant au plus près de nos concitoyens.
 
 La prise en charge des populations les plus démunies, le développement du sport, facteur de santé et de bien être, l’accueil de jeunes en structures de loisirs, les pratiques culturelles, la liste des secteurs d'activités investis par les associations est importante et on comprend aisément le rôle essentiel qu'elles jouent dans notre pays, notamment en matière de cohésion sociale.
 Au cœur de la société civile, les associations occupent une place essentielle dans la vie collective. Elles sont fréquemment amenées à anticiper, éclairer ou compléter l'action conduite par les pouvoirs publics, inspirant à l’État et aux collectivités territoriales de nouvelles formes d'intervention, aux avants postes de l'innovation sociale et de la créativité dans les territoires.
 
 Aussi le renforcement des capacités des associations, en particulier du champ du sport, de la jeunesse et de l'éducation populaire, constitue un axe fort des mesures du CIEC mises en œuvre par le Ministère de la ville, de le jeunesse, des sports.
 Le « new deal» avec les associations annoncé par le CIEC participe de cette politique volontariste de l’État de favoriser le développement de la vie associative et de l'engagement citoyen sur les territoires.

L'attention portée à la jeunesse et l'éducation populaire au service de la citoyenneté

Les jeunes ne bénéficient pas tous des mêmes chances dans l’accompagnement de leurs premiers pas vers l’âge adulte (formation, logement, accès aux loisirs, mobilité…). Aussi, la correction des inégalités constituent un enjeu majeur de cohésion sociale.
 Le chemin vers l’emploi et l’indépendance est aujourd’hui moins balisé et plus progressif qu’hier. Les espaces d’expression des jeunes ont changé, leurs pratiques ont évolué et l’accès à un emploi stable est devenu beaucoup plus complexe. L’action publique doit résolument évoluer pour permettre à tous les jeunes qui rencontrent des difficultés dans leurs parcours scolaire et d’insertion professionnelle d’être soutenus.
 Toutefois, les problématiques des jeunes ne se résument pas à l’emploi. Aujourd’hui il y a une forte pression sur l’insertion professionnelle au détriment parfois d’autres dimensions qui pourtant enrichissent leurs parcours (engagement, citoyenneté, pratiques de loisirs, mobilité internationale, culture numérique…). L’enjeu est de taille et les acteurs de l'éducation populaire jouent un rôle majeur dans ce domaine. Il s'agit de prendre en compte le jeune dans sa globalité, ce qui impose de rechercher la complémentarité des différents temps de vie des jeunes et de renforcer les coopérations entre acteurs sur un même territoire de vie. Les jeunes doivent avant tout être considérés comme des citoyens en devenir. Ils apportent une contribution essentielle à la vitalité et au développement des territoires.
 La lutte contre les inégalités sociales au travers de la promotion de l'égalité des chances constitue un levier indispensable pour construire une société fondée sur la solidarité et le respect et dans laquelle on permet à chacun d'exercer pleinement sa citoyenneté.

Une mobilisation collective attendue dans le Morbihan

Cette mobilisation, si elle est fédérée par l’État, s'appuie néanmoins sur les nombreuses initiatives existantes menées par les acteurs locaux. Lesquelles doivent être renforcées notamment sur certains territoires ou encore au bénéfice de certains publics pour lesquels l'accès aux droits sociaux et la citoyenneté ne va pas de soi.

 La mise en œuvre des mesures du CIEC n'a de sens que si elle rassemble l'ensemble des acteurs : services de l’État, collectivités, CAF, MSAMutualité sociale agricole, associations, missions locales..... Dans ce domaine l'Etat joue pleinement son rôle d'ensemblier, c'est l'objet même de cette rencontre : rassembler les acteurs, produire de l'intelligence collective au service du renforcement de l'égalité et de la citoyenneté sur les territoires où les besoins sont les plus prégnants.
 
 Diffuser les bonnes pratiques, partager les savoirs faire, promouvoir les acteurs engagés dans cette promotion des valeurs de la république aux côtés de l’État ; c'est le fil conducteur de cette rencontre qui sera ponctuée par un certain nombre d'interventions pour lesquelles je remercie d'ores et déjà les personnes qui ont accepté de témoigner ce soir.
 
 Le Morbihan a du potentiel et des ressources, et certains en témoigneront ce soir : un secteur associatif particulièrement dynamique, des collectivités qui ne manquent pas d’initiatives et d’ingéniosité, des coopérations entre acteurs locaux qui se sont formalisées au fil du temps sur de nombreux territoires, des réseaux d’acteurs qui favorisent la mutualisation d’outils et d’expériences.

 Dans cette période économique complexe, où la solidarité est mise à l'épreuve et où l’incertitude du lendemain peut se traduire pour certains par un repli sur soi, la société civile doit jouer son rôle aux côtés des pouvoirs publics.
 Notre défi collectif : Renforcer l'appartenance de chacun à une communauté de destin et à des valeurs partagées, et donner à tous les même opportunités dans un respect commun des règles du vivre ensemble.

Les acteurs au sein de la Direction départementale de la cohésion sociale

Vous trouverez ci-après le nom des personnes de la DDCS qui peuvent vous renseigner et vous accompagner dans la mise en œuvre des mesures CIEC relevant du champ de la politique de la ville, de la jeunesse, de l'éducation populaire, de la vie associative et au titre du plan citoyen du sport.
 
 - Service civique :
Christian LE MOIGNE conseiller d'éducation populaire et de jeunesse christian.le-moigne@morbihan.gouv.fr
 - Politique de la ville :
Véronique FORLIVESI Inspectrice de le jeunesse et des sports veronique.forlivesi@morbihan.gouv.fr 
Serge NEDELEC Delégué du Préfet serge.nedelec@morbihan.gouv.fr
 - Droits des femmes et égalité entre les femmes et les hommes : 
Marie Claude VENANT chargée de mission départementale marie-claude.venant@morbihan.gouv.fr
- Lutte contre les discriminations :
Hervé HALLEGOUET conseiller d'éducation populaire et de jeunesse herve.hallegouet@morbihan.gouv.fr
- Accompagnement dans l'emploi et la formation aux métiers du sport et de l'animation (dispositif SESAME) :
Céline GIBOU conseillère d'animation sportive celine.gibou@morbihan.gouv.fr
- Accompagnement des associations de jeunesse et d'éducation populaire (offre de loisirs éducatifs, accueil de jeunes..) : 
Gilles BION conseiller d'éducation populaire et de jeunesse gilles.bion@morbihan.gouv.fr
Hervé HALLEGOUET conseiller d'éducation populaire et de jeunesse herve.hallegouet@morbihan.gouv.fr

 
 Direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan
  Impasse d’Armorique – CS 62541 - 56019 VANNES CEDEX 
 Téléphone : 02 22 07 20 20

Le diaporama présenté le 14 octobre

> CIEC Diaporama définitif réunion 14 oct - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,42 Mb

Handicap et loisir : un jeune homme se voit refuser l'accès à une boite de nuit car il est en fauteuil roulant
https://www.youtube.com/watch?v=GsqlzveDWeU&list=PL5D7D7E35768D9134&index=7
 

Origine et logement : une jeune femme se voit refuser un logement parce qu'elle est noire
https://www.youtube.com/watch?v=7w-3cgwcjMQ&index=1&list=PL5D7D7E35768D9134

La rencontre du 14 octobre a permis :

  •  d'apporter aux représentants des associations de proximité de l’éducation populaire et du sport ainsi qu’aux collectivités territoriales les informations utiles à la mise en œuvre des mesures du CIEC prises dans le champ de la politique de la ville, de la jeunesse, de l'éducation populaire, de la vie associative et au titre du plan « citoyens du sport »
  •  de valoriser les actions concourant au vivre ensemble, à la citoyenneté et à l’approfondissement du lien social.

Plus de 80 acteurs Morbihannais étaient présents, issus des fédérations et associations de jeunesse et d’éducation populaire, le CDOS, des comités départementaux et clubs sportifs, les associations caritatives, l'UDAF, les associations de lutte contre le racisme, les défenseurs des droits, les centres sociaux, les bailleurs sociaux, les associations intervenant dans le cadre de la politique de la ville (sauvegarde, CIDFF...), les parlementaires, l'association des maires, les collectivités en politique de la ville, le conseil départemental, les services de l’État (DASEN, UT DIRECCTE, DT ARS, PJJ, SPIP, DDSP), les présidents des 2 TGI, pôle emploi, missions locales, CPAM, CAF, MSA.

A l'occasion de cette rencontre, un certain nombre de mesures ont été présentées et illustrées sous forme de témoignages, d'acteurs. Selon 4 thématiques :

« Vivre dans la république »

1/ L'engagement citoyen

Mesures : universalisation du service civique pour les jeunes, renforcement de l'expression citoyenne des habitants des quartiers prioritaires de politique de la ville :conseil citoyen et fonds de participation des habitants

Témoignages de Mme Caroline LECLERCQ volontaire en service civique à l'association les petits débrouillards de Lorient et de M. Jean Pierre YANNIC 1er adjoint de Saint Anne d'Auray

2/ Le sport au service de la citoyenneté 

Mesures : Plan citoyen du sport :accueil de jeunes en service civique dans le monde sportif, dispositif sésame pour l'insertion des jeunes en difficulté notamment en quartiers prioritaire de la politique de la ville, développement du sport dans les territoires carencés, programme « savoir nager », lutte contre les discriminations.

Témoignages de Mme Nathalie LE DANTEC Présidente de l’Étoile sportive de Saint Avé boxe et M. Nicolas BASILE DAUBER éducateur sportif : Présentation de la vocation sociale du club au travers de son projet associatif : le sport au service de la citoyenneté (intervention dans les quartiers prioritaires de Vannes...)

3/ Les associations au cœur du vivre ensemble 

Mesures : le soutien aux associations de proximité dans le cadre de la politique de la ville notamment celles favorisant la promotion de la citoyenneté, des valeurs de la république, de l’engagement citoyen (postes d'adulte relais, conventions pluriannuelles d'objectifs, soutien aux actions...)

Témoignage de M. Hervé QUENTEL Directeur de la Maison pour tous de Kervénanec à Lorient sur la mise en œuvre de son projet associatif tourné notamment vers les jeunes

Mesures : une éducation populaire renouvelée pour des citoyens engagés en particulier dans les territoires les plus fragiles : renforcement des actions de l'éducation populaire sur les territoires prioritaires, renouvellement d'une offre de loisirs pour les adolescents, new deal associatif, formation des animateurs d’accueil collectif de mineurs sur des thématiques prioritaires...

Témoignage de M. Bruno CHERON Directeur de la Fédération d'Animation rurale en Pays de Vilaine sur la manifestation « alors on se bouge » une action en faveur de l'engagement et de la participation des jeunes de Mme Mélanie CADIO responsable du réseau E2S Pays de Vannes et de Mme Anne Hélène RIOU responsable du mouvement rural de la jeunesse chrétienne sur le projet « coop'jeunes » initié pour des jeunes de 18 à 25 ans (projet d'éducation à la coopération et à l'entrepreneuriat, soutenu par de nombreux acteurs : missions locales, foyers de jeunes travailleurs, familles rurales, entreprises locales....)

« Une république pour tous »

4/ La Lutte contre les discriminations : Priorité du CIEC pour favoriser l'égalité et la citoyenneté

Quelques chiffres clés dans le Morbihan

- 542 jeunes morbihannais ont été recrutés en mission de Service Civique depuis le lancement du dispositif (financement de l’État : 3 252 000 €)

- 5 à 10 jeunes morbihannais en insertion bénéficieront en fin d'année du dispositif SESAME et seront formés aux métiers du sport et de l'animation

- 12 structures situées en quartiers prioritaires politique de la ville bénéficient d'un poste d'adulte relais (financement de l’État : 225 000 € en 2015)

- Crédits mobilisés sur la politique de la ville en complément des crédits de droit commun : 835 000€ en 2015

 Contact presse 

 Estelle LEPRETRE
Directrice départementale adjointe de la cohésion sociale du Morbihan

02/97/46/29/22