Actualités

Un navire de pêche portugais dérouté vers Lorient

 
 

Un contrôle des pêches en mer par les affaires maritimes aboutit à la saisie de 17 tonnes de thon à bord d’un chalutier portugais en infraction. 

Dans le cadre d’une mission de police des pêches et sur la base d’un ciblage effectué par le Centre National de Surveillance des Pêches, le patrouilleur des Affaires Maritimes IRIS de la Direction Inter-régionale de la Mer Nord Atlantique Manche Ouest a contrôlé, le 16 août 2017, à 100 milles nautiques au large de Lorient (soit prés de 200 km), dans la ZEE française, le navire de pêche portugais « VILA DO INFANTE ».

Lors de l’inspection en mer, les agents ont constaté que ce navire détenait de manière irrégulière à bord 18 tonnes de thon rouge. En raison du fort déclin des stocks de cette espèce, elle fait l’objet d’une protection forte, notamment au niveau international par la commission internationale pour la conservation des stocks de l’Atlantique (ICCAT).

Devant la gravité de ces infractions, le navire a été dérouté vers le port de Lorient qu’il a atteint le 17 août en soirée. Le navire et les thons pêchés en infraction ont été saisis par la délégation à la mer et au littoral de la DDTMdirection départementale des territoires et de la mer du Morbihan vendredi 18 août au matin.

La saisie a été confirmée le jour même par le juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance de Lorient.

Face à la suspicion d’autres infractions, l’équipe de contrôle du patrouilleur IRIS poursuit actuellement ses opérations de contrôle à bord du palangrier.

En application des recommandations de l’ICCAT relatives au thon rouge, complétées par la réglementation communautaire des pêches et l’arrêté ministériel du 26 avril 2017 définissant les mesures de contrôle de la pêcherie de thon rouge, l’interdiction de la mise sur le marché de toute capture illicite de thon rouge implique la destruction de la cargaison illicite aux frais de l’armateur du navire. Par ailleurs, ces infractions peuvent faire l’objet d’une condamnation pénale avec une amende maximale de 22 500 euros.

> 2017-08-21 comm presse déroutement navire - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,09 Mb