Actualités

Sécurité routière : inquiétante vulnérabilité des motocyclistes

 
 

En 2015, 53 motocyclistes ont été victimes d'un accident de la circulation routière : 9 ont malheureusement trouvé la mort et 46 ont été blessés. Bien qu’elles ne représentent qu'environ 2 % du trafic routier, les motocyclettes sont pourtant impliquées dans 10 % des accidents corporels constatés dans le département du Morbihan.

Depuis le début de l’année 2016, déjà 54 accidents impliquant un deux roues motorisées et ayant entraîné 4 tués ont été enregistrés.

Depuis une semaine, les forces de sécurité intérieure du Morbihan constatent une inquiétante recrudescence des accidents impliquant des deux roues motorisés puisque 11 accidents impliquant ce type de véhicule se sont produits depuis le 18 août, ayant entraîné 1 tué et 12 blessés. L’un d’eux est toujours dans un état grave et son pronostic vital, engagé.

L’analyse de ces accidents laisse clairement apparaître la vulnérabilité de cette catégorie d’usagers de la route. En effet, dans la grande majorité des cas, les pilotes de deux roues motorisées ne sont pas responsables des accidents. Ils sont victimes d’une faute de conduite de la part d’un tiers, principalement des refus de priorité.

Les forces de sécurité intérieure du Morbihan, notamment l’escadron départemental de sécurité routière (EDSR) du Morbihan s’est engagé de manière résolue contre l’accidentalité des deux roues motorisés, en particulier des motocyclistes, et rappelle qu’en termes de répression, les opérations de contrôle spécifiques opérées depuis le début de l’été seront maintenues et cibleront particulièrement les fautes de comportement des pilotes (vitesse, alcool).

Les actions de prévention baptisées « les relais motogend » mises en place depuis le mois d’avril par l’EDSR et destinées aux motocyclistes sont reconduites jusqu’en fin d’année.

Enfin, il est rappelé à l’ensemble des usagers de la route qu’il est nécessaire d’apporter une vigilance accrue vis-à-vis des usagers les plus vulnérables, y compris les piétons et les cyclistes. Outre les infractions au code de la route susceptibles d’être relevées par les forces de l’ordre, le responsable d’un accident corporel ou mortel voit sa responsabilité civile et pénale engagée et peut faire l’objet de poursuite pour blessures involontaires ou homicide involontaire.

> 2016_08_29_2RM gend et police - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,87 Mb